Suite au flop de la manifestation du 7 novembre, le Président de la LDH 49 dénonce courageusement les accointances entre la LDH et les intégristes musulmans. Je vous propose de lire ci-dessous les propos lucides de Christophe Arnaud, Président de la LDH de Maine et Loire, datant du 13 septembre et suivis de mes commentaires.

JE ME PLANTE MAIS JE CONTINUE QUAND MEME

Surréalisme ? Art abstrait ? On hésite sur les qualificatifs à employer à propos du communiqué du 7 novembre qui fait suite aux squelettiques manifestations du même jour.
Car la rue a parlé : 3 à 4000 manifestants à Paris, 700 à Lille, 400 à Toulouse, 800 à Nantes...Même pas dix mille dans toute la France...
Brillants résultats pour des manifestations appelées par plus de 120 organisations, dont certaines regroupant des centaines de milliers d’adhérents !
Et sur quel thème SVP ? Sur la lutte contre les racismes, l’antisémitisme et les discriminations, rien de moins : les fondements mêmes de la LDH !

Oui ,les militants, les adhérents, les sympathisants des organisations ne s’y sont pas trompés : ces manifestations étaient infréquentables en raison de la présence plus que marquantes des intégristes de l’UOIF, du Collectif des Musulmans de Tariq Ramadan et du collectif pro-voile et anti-laïque « Une école pour tous-tes ».
Des manifestations dont l’objectif principal était avant tout, et implicitement, de donner le pendant aux manifs de SOS Racisme du printemps dernier et de conforter les prises de position contre la loi de laïcité sur les signes religieux à l’école.

La LDH vient de subir là un échec historique sur un terrain qui est son terrain, celui de l’antiracisme et des valeurs de la République.

Cette journée aurait dû être une déferlante. Des dizaines d’organisations, dont tous les grands syndicats, sur un thème qui touche à l’idée même de l’Homme et de la République laïque : il devait y avoir des centaines de milliers de gens dans les rues, comme lorsque nous combattions la loi Debré sur l’immigration il y a quelques années au côté des cinéastes.

Quant aux villes qui avaient appelé à manifester, mais sans les islamistes (Lyon), elles ne font pas mieux car elles ont bien évidemment subi le discrédit général jeté sur cette journée au plan national.

Mais les responsables nationaux de la LDH et du MRAP sont restés sourds aux remarques de sections de base comme la nôtre au sujet des accointances avec les islamistes, aux remarques de Charlie-Hebdo, de Marianne, de Caroline Fourest et de bien d’autres.

Mais rassurons-nous, les explications faciles seront vite trouvées : la faute aux médias et puis c’était pas si mal, et puis nos anciens étaient bien minoritaires pour défendre Dreyfus...

Mais aujourd’hui, le désastre est là. C’est bien la ligne suivie par les responsables de la LDH et du MRAP, c’est-à-dire les accords continuels avec Tariq Ramada, Fouad Alaoui de l’UOIF , le combat contre la loi sur les signes religieux à l’école, qui est entièrement responsable de cette bérézina du 7 novembre.

Nous ne nous reconnaissons plus dans ceux qui viennent de conduire la LDH au bord du gouffre et qui l’ont ridiculisée et discréditée en défilant, à la tête de troupes aussi maigres qu’un jour sans pain, aux côtés d’intégristes religieux.

Pour le Bureau de la Section LDH de Maine et Loire :
Christophe Arnaud, président

Commentaires

Michel Tubiana, Président national a répondu à ce texte en esquivant les questions de fond. Pire encore, il avance des arguments irrespectueux, voire méprisants à l’égard des militants anti-racistes. « Elle [la faible mobilisation du 7] est, bien plus, la manifestation d’une forme d’accoutumance à toutes les manifestations de racisme, d’antisémitisme et de discriminations. Et, peut-être encore pire, une forme de désespérance face aux réponses ».
Cette phrase démontre combien Tubiana méprise tous les anti-racistes qui ont manifesté à Paris le 16 mai 2004. Je rappelle que nous fûmes plus d’une dizaine de milliers pour à peine une dizaine d’organisations. Bien entendu la LDH et le MRAP ont boycotté cette marche.
Michel Tubiana doit se rendre à l’évidence. Rassembler au mieux 4000 personnes à 120 organisations, revient à avouer que chacune d’entre elles ne compte qu’une trentaine de membres approuvant leurs accointances avec les intégristes. Dire que le flop est dû à « une forme d’accoutumance », c’est accuser ses propres militants de manque de vigilance.

Le texte de Christophe Arnaud doit être considéré par M. Tubiana comme un appel au dialogue national. Je suis persuadé que les sections locales de la LDH ne laisseront plus l’instance nationale exercer une dictature, qui menace l’implosion de la Ligue des Droits de l’Homme. Malheureusement, M. Tubiana ne semble pas disposé au dialogue. Dans sa réponse, il annonce clairement que le rapprochement avec les intégristes n’est qu’une étape dans la nouvelle stratégie : « Et au risque de déplaire un peu plus à la section du Maine & Loire, nous ne nous bornerons pas là. Les manifestations du 7 novembre n’étaient qu’un point de départ et nous allons mettre en œuvre d’autres initiatives pour poursuivre ce mouvement ».

Comme les militants du MRAP, les militants de la LDH réfutent l’argument avancé par Tubiana « En revanche, le Collectif des Musulmans de France et l’UOIF ont bien donné leur accord au texte d’appel qui dénonçait l’antisémitisme, le racisme, le sexisme et toutes les discriminations, notamment à raison de l’orientation sexuelle. » et ils ont bien raison.
Car nous sommes tous persuadés que si les intégristes catholiques avaient proposé de défiler en respectant ce texte, ni le MRAP ni la LDH n’auraient accepté. D’ailleurs, aucune organisation intégriste chrétienne n’a été conviée à la manifestation, ce qui prouve que la marche contre le racisme n’a été qu’un prétexte pour rapprocher l’extrême gauche des nouveaux fascistes.

C’est précisément parce que les dirigeants du MRAP et de la LDH mettent en danger la lutte anti-raciste que le MMLF soutient tous les membres qui se soulèvent et s’opposent à leurs directions nationales, qui offrent manifestement tous leurs adhérents aux tenants du fascisme musulman.