Le communiqué de la LDH en dit long sur l'état du mouvement !

"On ne saurait admettre que quiconque, fût-ce en raison d'idées nauséabondes, soit l'objet d'intimidations de quelque nature qu'elles soient."
"M. Redeker nous a habitués à de tels débordements qui traduisent son peu de rigueur intellectuelle comme sa haine de l'islam et des musulmans", estime la LDH, mais "quoique l'on pense des écrits de M. Redeker, rien ne justifie qu'il subisse un tel traitement (...) On ne combat pas les idées de M. Redeker en le transformant en victime". (Communiqué, vendredi 29 septembre)