On savait que la pétition Un Cri contre le racisme et l'intégrisme, impulsée, fin avril, par la rédactrice en chef de Prochoix, Caroline Fourest, Corinne Lepage, présidente de Cap 21, et notre collaborateur Pierre Cassen, avait provoqué des remous à la direction de la LDH. Ainsi, le 16 mai, dans la rubrique Rebonds, les trois derniers présidents de la LDH, Henri Leclerc, Michel Tubiana et Jean-Pierre Dubois, publiaient un texte critiquant très durement l'appel du Cri, multipliant calomnies contre Respublica et amalgames contre le texte (lire le dossier dans Respublica 445, ainsi que les réponses des initiateurs et l'article de notre collaboratrice Marie Perret).

Le mardi 30 mai, contre toutes les traditions de la LDH, trois membres du comité central, Philippe LAMY, Cédric PORIN et Antoine SPIRE, contredisaient publiquement leur direction, en signant un article Construisons un vaste front antiraciste contre l'extrême droite et les extrémismes religieux.

Ces trois responsables approuvaient ainsi l'initiative du Cri, et contredisaient les propos de leur direction.

Nous avons reçu, sans le solliciter, des mois après, le compte rendu du comité central qui a suivi, le 8 juillet. Cela ne fut pas triste, et nous constatons avec plaisir et fierté que Respublica a occupé beaucoup de temps dans les débats de ces gens là.

Dans le rôle du procureur de service, l'ineffable Michel Tubiana, grand défenseur du voile à l'école devant l'éternel, et un des meilleurs idiots utiles des islamistes. Voilà ce que dit le compte-rendu : "Michel Tubiana citant des passages d'article dans Respublica montre que cette mouvance dissimule sous son anticléricalisme et son laïcisme une véritable racisme contre les arabes et les musulmans - non sans parfois des dérapages antisémites.(...) il relève la proximité de cette mouvance avec les thèses de P. de Villiers (...) du point de vue politique, le dialogue est-il possible avec ces gens qui portent atteinte à nos principes fondamentaux et dont la fréquentation nous décrédibiliserait complètement auprès des populations concernées?"

Après un débat qui fut houleux et animé, le compte-rendu fait part de la conclusion du nouveau président : "JP Dubois note que l'accord s'est fait sur la nécessité d'un cordon sanitaire autour de Respublica qui prend en ce moment des positions inadmissibles en matière d'immigration".

Un cordon sanitaire autour de Respublica ! Comme si nous étions le Front national ! De la part de personnages qui se prosternent devant Tariq Ramadan ! Mais la direction Dubois-Tubiana se croit-elle encore à l'époque du stalinisme triomphant ? Croit-elle qu'il suffit d'insulter et de calomnier Respublica pour que les militants de la LDH, doigt sur la couture du pantalon, cessent de nous lire, et nous tournent le dos ?

Nous croyons en la raison, c'est pour cela que nous sommes laïques. Dans un contexte aussi tendu, il a fallu du courage aux membres du comité central qui se sont opposés à la ligne et aux anathèmes Tubiana-Dubois. Nous connaissons de nombreux camarades, membres de la LDH, qui sont catastrophés par leur actuelle direction, mais qui demeurent dans cette association, souvent pour des raisons locales. Il suffit de lire les noms des signataires de la pétition Redeker (dont nous croyons savoir qu'elle a suscité elle aussi des remous internes), pour constater que les laïques existent en nombre à la LDH. Ces militants ont tout notre respect, et, bien que jugés infréquentables par les diktats Dubois-Tubiana, nous continuerons à les fréquenter avec grand plaisir et à mener ensemble le vaste front antiraciste contre l'extrême droite et les extrémismes religieux, qu'appelaient de leurs voeux Philippe Lamy, Cédric Porin et Antoine Spire.

par Évariste

Article publié dans le numéro 481 Lien permanent vers cet article :
http://www.gaucherepublicaine.org/?page=article&idArticle=448